Mme La Maire,

Vous êtes intervenue à de nombreuses reprises depuis la rentrée sur vos priorités pour Rennes : la justice sociale, la tranquillité et la propreté. Les débats et les réflexions étant lancés sur ces sujets, je me permets d’intervenir aujourd’hui sur la question de l’espace public pour tenter d’apporter ma pierre à l’édifice collectif.

Les espaces publics sont des éléments essentiels du cadre de vie. Les voies, les places, les parcs, en structurant les espaces, définissent l’image de notre ville. Par l’ancienneté de leurs tracés, la qualité de leur traitement et le soin de leur entretien, de nombreux espaces publics sont partie intégrante du patrimoine urbain et forgent l’identité de la ville.

Ces espaces publics sont d’abord des lieux de vie, des espaces partagés, d’usage quotidien, qui doivent répondre aux besoins et aux aspirations de l’ensemble de la population. Ils appartiennent à tous et sont vecteurs de lien social. Il faut donc attacher une importance particulière à leur qualité.

Malheureusement, il me semble qu’aujourd’hui à Rennes, particulièrement dans le centre-ville, la qualité des espaces et l’équilibre des usages sont rompus.

Parlons du mobilier et des barnums des terrasses, par exemple, qui, dans certains lieux, par leur faible qualité et leur mauvaise intégration dévalorisent l’espace. Rappelons, tout de même, que le règlement du plan de sauvegarde et de mise en valeur de notre ex secteur sauvegardé interdit les chapiteaux, les tentes, les fermetures en façade, etc. Obligations qui ne sont pas toujours respectées.

Parlons du développement parfois anarchique de certaines terrasses qui ne permettent plus de circuler dans de bonnes conditions

Et, cerise sur le gâteau, les chauffages extérieurs qui sont une pure aberration écologique et qui devraient être interdits par notre collectivité.

Certes, elles sont une manière d’animer et de dynamiser certains espaces et elles participent à l’attractivité. Mais penser uniquement « terrasses » de bars ou de restaurant lorsque l’on parle d’espace public c’est oublier ceux qui ne « consommeront pas en terrasse ».

D’autres occupations de l’espace mériteraient aussi d’être interrogées :

Les drapeaux, les mobiliers ou les enseignes que certains commerces déploient dans la rue

Ou encore des mobylettes que certaines enseignes garent sur l’espace public sans autorisation

La patinoire en plein air… je ne relance pas le débat,

Et beaucoup d’autres

Face à ces constats, la ville doit agir pour faire cohabiter les usages de l’espace public car l’espace appartient à tous. Maintenir le caractère public des rues et des places participe au maintien de la qualité de vie pour tous.

La ville est elle-même garante et responsable ; elle est aussi actrice. Elle agit pour partager l’espace public sur le volet des mobilités (piéton, vélo, voiture, transports en commun). Par sa politique ambitieuse sur le centre ancien, elle permet au bâti de retrouver sa qualité architecturale. Elle déploie un plan lumière pour un éclairage public efficient…

Mais elle doit encore aller au-delà en agissant sur les tags, la signalétique, le mobilier urbain, les nuisances et de nouvelles exigences en matière de développement durable avec une attention particulière au volet énergétique.

Je vous propose, Madame la Maire, dans le cadre de notre fabrique citoyenne, d’ouvrir un chantier ambitieux pour que collectivement avec les commerçants, les riverains et les habitants de la ville nous déterminions de nouvelles règles pour améliorer la qualité de nos espaces publics.

 

Nous contacter

07 87 36 41 66

Informez-vous !