Depuis son élection, Emmanuel Macron et son gouvernement ont clairement confirmé leur orientation politique : mener une politique élitiste, visant à favoriser les plus riches, et renforcer la domination de l’appareil d’État sur la société.

Transports, hôpitaux, universités, manquent de financement et le service rendu à la population se dégrade. Les diminutions successives des dotations aux collectivités locales et la réduction de l’autonomie fiscale intervenues ces dernières années ont eu pour conséquence d’ajouter à la dégradation des services publics et de faire plonger l’investissement public local à un niveau historiquement bas. Dans le même temps le gouvernement pourrait être tenté de faire porter aux régions la responsabilité de ses choix financiers, par exemple en leur déléguant la gestion de lignes ferroviaires sans leur transférer les moyens nécessaires. On voit ainsi les collectivités locales jouer les pompiers pour des services publics abandonnés par l’État et par ses administrations. Cette solution n’est pas tenable, une mobilisation pour une répartition plus juste des budgets publics est nécessaire, tout comme une mobilisation pour une fiscalité plus progressive.

L’Union démocratique bretonne défilera le 26 mai aux côtés des organisations signataires de l’appel initié par Attac et la fondation Copernic, pour s’opposer aux politiques de favoritisme social et territorial, pour défendre des services publics correctement financés, gérés de manière démocratique au plus près de la population, pour une transition écologique menée sur les territoires avec des collectivités locales dotés des budgets publics et des marges d’autonomie nécessaires.

Nous contacter

07 87 36 41 66

Informez-vous !