Les semaines passées ont vu la tension monter avec le mouvement des gilets jaunes, enchaînant blocage des routes, manifestations, blocages de dépôts de carburant. Le gouvernement a été pris au piège de sa politique de favoritisme fiscale pour les riches, qui discrédite tout ce qu’il peut entreprendre en la matière, et de l’abandon depuis des années de nombreux territoires. A force de politique de « ruissellement de la richesse », toujours vers le haut, la coupe est pleine!

La colère des « gilets jaunes » est juste. Seule une réorientation profonde des politiques économiques et de l’aménagement du territoire peut régler les problèmes qu’elle soulève. L’annonce d’un moratoire sur les prochaines hausses de la fiscalité sur le carburant est une concession symbolique, mais ne règle pas les problèmes de fond, comme l’ont d’ailleurs également déclaré les porte-paroles du mouvement des gilets jaunes.

L’Union démocratique bretonne défend un plan pour la justice sociale et territoriale : mettre en place une TVA à 0% sur les produits de première nécessité serait une démonstration concrète et à effet immédiat de soutien au pouvoir d’achat de tous ceux qui ont peur de la fin du mois. Elle pourrait être compensée financièrement par une hausse de la fiscalité pesant sur les privilégiés, par exemple en rétablissant l’Impôt sur la fortune. Il est également urgent d’augmenter les dotations d’Etat aux collectivités locales pour compenser les coupes subies depuis des années. Cette mesure pourrait être financée par une suppression ou au moins par un ciblage du CICE.

Afin de ne pas rater le train d’une transition écologique indispensable et de permettre au plus grand nombre d’en tirer des bénéfices concrets, l’Union démocratique bretonne demande que l’intégralité du produit des taxes sur les carburants soit reversé à des fonds dédiés à la transition écologique, pilotés par les Régions. Ils pourront ainsi remplir leur rôle: financer plus de transport en commun, plus de services et d’emplois de proximité, sans oublier des aides spécifiques pour celles et ceux qui resteraient contraints à utiliser leur véhicule dans un contexte professionnel.

L’Union démocratique bretonne participe également à l’initiative visant à recenser les problèmes de mobilité des Bretonnes et des Bretons au quotidien, « Parlez-nous de transports » (mobilite.bzh@gmail.com) et s’investira dans le recueil et l’analyse des témoignages. Ce travail permettra l’élaboration d’un plan précis pour une mobilité soutenable en Bretagne.

Nous contacter

07 87 36 41 66

Informez-vous !