Depuis ce matin, les personnels de France Bleu Breizh Izel et de France Bleu Armorique sont en grève contre la fusion annoncée des matinales de leurs radios avec France 3 Bretagne. Alors qu’aucun bilan de l’expérimentation avec France Télévisions menée à Toulouse et Nice n’est programmé, la direction a annoncé un plan détaillé, comme si l’expérience était une réussite : 4 matinales communes dès le mois de septembre, 10 à la fin de l’année 2019 et 44 d’ici 2022 à l’échelle hexagonale.

Pourtant, l’intersyndicale de France Bleu indique que l’expérimentation en cours met en évidence de nombreux dysfonctionnements. Il paraît donc inconcevable que ce projet soit mis en œuvre sans aucune concertation avec les salarié·e·s et sans aucune consultation des représentant·e·s du personnel.

Ce passage en force, malheureusement habituel, engendre beaucoup d’inquiétudes. Les syndicats précisent que la violence de cette méthode ne peut qu’entraîner des risques psychosociaux pour les personnels. Ils souhaitent donc que la direction suspende son projet de déploiement des matinales filmées tant qu’un bilan objectif des expérimentations en cours n’aura pas été réalisé et partagé avec les salarié·e·s et tant que de réelles négociations ne seront pas ouvertes pour aboutir à un accord mis à la signature.

L’UDB tient une nouvelle fois à dénoncer le centralisme français qui décidément nuit à tout le monde. Nous rappelons que les décisions prises d’en-haut sans concertation avec les personnels concernés sont des décisions prises contre ces mêmes personnels. L’UDB rappelle également qu’elle souhaite voir l’établissement d’une chaîne de télévision de plein droit et de plein exercice sur les cinq départements de la Bretagne ainsi que d’une radio publique régionale diffusant sur toute la Bretagne.

Pierre-Emmanuel MARAIS

Porte-parole de l’Union Démocratique Bretonne

Nous contacter

07 87 36 41 66

Informez-vous !

Une PB été 2019