Sillage juin 2019

La restauration de la cathédrale Notre-Dame de Paris a suscité une énorme mobilisation, et on voudrait en espérer autant pour nos langues régionales dont il ne restera bientôt que cendres.

A ce rythme, toutes les langues de métropole autres que le français auront disparu à la fin du siècle. L’état applique à notre cathédrale linguistique une politique  qui paraîtrait criminelle pour un édifice classé monument historique. Les langues régionales meurent de l’hostilité des pouvoirs publics. Contrairement à la cathédrale de pierre, ce n’est pas un accident, on connait les pyromanes.

Alors que, l’émotion aidant, certains ont vu dans la cathédrale ND un symbole d’unité des Français, LREM, par la voix de Nathalie Loiseau,  déclare que la pratique des langues régionales, facteur de division, détournerait des « vrais » problèmes. Le gouvernement n’hésite pas à accélérer la disparition de notre patrimoine linguistique : le Ministre de la Culture accorde des miettes avec indifférence, le Ministre de l’éducation nationale en restreint l’ambition et les moyens dans la réforme du lycée, des magistrats pourchassent l’orthographe des prénoms bretons comme si l’unité nationale était en jeu…

En campagne électorale, tous les candidats se sentent obligés d’exprimer de l’intérêt pour les langues régionales. Mais l’élection passée, combien prennent des mesures concrètes pour enrayer le déclin, comme celles qui rendraient la langue utile et donc désirable, sur le plan professionnel, éducatif, culturel, social, touristique, économique?

La Ville de Brest qui s’est engagée dans le niveau 2 de la charte Ya d’ar brezhoneg – promesse de campagne tenue –  limite la reconnaissance du breton comme compétence professionnelle dans les fiches de postes de son personnel : des objectifs et un plan d’action s’imposent. Dans les médiathèques, l’accueil en langue bretonne des enfants scolarisés dans les classes bilingues ou immersives régresse: Souhaitons que ce soit temporaire.

Ne pas alerter serait une complicité avec les pyromanes.

Groupe UDB et Apparenté

Anne-Marie Kervern

Fragan-Valentin-Lemèni

elus-udb@org-brest.fr

Nous contacter

07 87 36 41 66

Informez-vous !

Une PB été 2019