À l’appel d’une intersyndicale des personnels soignants, une journée d’action hexagonale se déroulera le mardi 16 juin.

Au moment où des négociations sont en cours entre le Gouvernement et les représentants des professionnels dans le cadre du “Ségur de la santé”, les leçons de la crise sanitaire devraient obliger les négociateurs à obtenir des décisions politiques à la hauteur des besoins en matière de santé publique. Après le constat de défaillances importantes dans la gestion centralisée de la crise du Covid-19, il s’agit notamment de renoncer à la politique strictement comptable que l’État a mise en œuvre dans les hôpitaux publics depuis 15 ans. Celle-ci a conduit à une pénurie de moyens dans de nombreux services dont ceux de réanimation et à la création de véritables déserts médicaux dans nos territoires. Il s’agit surtout d’abandonner la tarification à l’acte. Il s’agit encore de revaloriser de manière significative les salaires les plus bas (aide-soignants, infirmiers, médecins se consacrant entièrement à un hôpital public). Il s’agit aussi d’adopter une gouvernance de la santé publique en France qui soit plus proche de la réalité du terrain, en faisant en sorte que les Agences régionales de la santé (ARS) deviennent enfin autre chose que des antennes-relais du ministère de la Santé à Paris.

Le 16 juin, des mobilisations sont prévues dans de nombreuses villes de Bretagne comme dans l’ensemble de la France. L’Union démocratique bretonne (UDB), appelle les Bretonnes et les Bretons à se montrer solidaires des personnels soignants.

Pierre-Emmanuel Marais, porte-parole de l’Union démocratique bretonne

Nous contacter

07 87 36 41 66