Conseil municipal de Lorient, le 17 septembre 2020
Intervention Gael Briand, élu UDB (groupe « Lorient en commun »)

Contexte : dans le cadre de la mandature précédente, l’équipe a voté la construction d’un « éco-quartier » à côté de l’école Diwan à Lorient. Or, cette zone est (encore) une zone humide et cela a suscité quelques petites contestations qui n’ont pas pu empêcher le début des travaux. Gael Briand, élu UDB d’opposition, est donc intervenu sur le sujet. C’était sa première intervention du mandat.

Monsieur le Maire,

La décision n’était pas vôtre et mon intervention n’a pas vocation à « refaire le match ». Toutefois, il nous semble important de faire un rappel des réalités géologiques et biologiques du terrain. Lors de la commission « Politique de la ville », les services nous ont affirmé que la zone humide était préservée avec ce projet d’habitations. Je suis allé sur place plusieurs fois et encore hier pour repérer les lieux. Je peux affirmer que le périmètre de la dite « zone humide » s’étend au-delà de ce qui est préservé. Les fonds de parcelle sont envahis d’orties, plantes qui poussent généralement en terrain humide et en bordure de rivières. Or, justement, nous sommes là sur le lit du Fouëdic, en témoigne entre autres un ancien parapet. Les anciennes cartes de Lorient nous rappellent que notre ville est un polder, construite sur les marais.

C’est à ce moment précis que vous allez comprendre l’importance des noms de lieux : avant que cette mairie ne soit construite, il existait ici même un étang du Faouëdic et un moulin du même nom. Je ne parle pas du moulin à vent qui existe toujours au sommet de la colline du péristyle, mais bien du moulin à eau qui se tenait en fin fond de rade, à quelques mètres de cette mairie. Petit aparté, cela pourrait faire un beau nom pour la « Remblas » : hent ar vilin-vor, route du moulin de mer. Propriété des seigneurs de Trefaven, bien antérieur à l’installation de la compagnie des Indes, celui-ci a été détruit au XIXème siècle. Il témoigne lui aussi d’un passé disons humide ! « Gleb », dit-on en breton. Bref, en artificialisant en amont cette rivière, on réduit les capacités de drainage de notre ville… et quand il pleut l’équivalent d’un mois en une journée comme nous l’avons vécu plusieurs fois ces derniers mois, cela donne des inondations géantes ! Notamment en pourtour de la mairie comme nous l’avons vu rue Bourke ou encore rue du Tour des portes, derrière la mairie. Ces inondations nous rappellent la géographie.

Aussi, j’attire l’attention du conseil municipal sur cette zone du Manio et j’aimerais que la commission « politique de la ville » puisse s’y rendre. Certaines parcelles qui n’ont pas encore été vendues mériteraient peut-être de ne pas l’être et il serait sûrement bon de prévoir des talus en fond de parcelles pour éviter le ruissellement inévitable dans cette zone humide en cas de grosses pluies. Durant les travaux, plusieurs ouvriers ayant carotté ont affirmé qu’il n’y avait pas de dur sur les 8 mètres explorés ! Autant dire que les parcelles du bas auront les pieds dans l’eau !

Pire, durant le confinement, des engins ont déplacé de la terre depuis les constructions et élargi la voie de « cheminement doux ». Et s’il n’est pas prévu de voie de circulation automobile, nous ont dit les services durant la commission « Ville », quelques mots de M. Toulminet nous font craindre que cela pourrait être remis en cause. Celui-ci nous a en effet rappelé à quel point les écoles du Manio et de Diwan sont « enclavées et difficiles d’accès ». Qu’en déduire ? Il n’y a qu’un pas pour que ce qui n’est encore qu’une voie vélo et piétonne devienne une véritable rue rejoignant le rond-point du Manio, sortie de Lorient. Au-dessus des parcelles construites s’étend encore une petite zone pour le moment préservée, mais qui pourrait aisément accueillir à nouveau des logements et artificialiser encore davantage la zone humide. Celle-ci a déjà été attaquée par la voie de chemin de fer en son temps, puis par la pénétrante et la route y menant. D’ici quelques années, après avoir coupé un certain nombre d’arbres, on ne se souviendra même plus qu’ici coulait une rivière…

Comme vous le voyez, ce dossier mérite largement notre attention. Et nous aimerions, M. Le Maire, avoir des garanties quant à l’avenir de cette zone humide… ou de ce qu’il en reste !


Réponse du maire et de son adjoint :
M. Loher, le maire, s’est dit ouvert pour une réflexion autour de l’idée des talus. Si cela peut réduire les inondations en ville, il faut en effet y réfléchir. M. Toulminet, adjoint à l’urbanisme, a été rassurant sur le fait qu’il n’y aura aucune route à cet endroit, mais qu’il faut réfléchir à l’accessibilité des deux écoles, celle du Manio et celle de Diwan. Mais il confirme que la zone est humide puisque l’une des écoles a été inondée lors du précédent épisode de pluies intenses.

UDB

watchxxx.top pornovideo8.com seexxxnow.net