Nous contacter

07 87 36 41 66

Le lundi 28 septembre 2020, le Tribunal suprême de Madrid a prononcé la destitution du président de la Generalitat de Catalunya, Quim Torra. Quels crimes a-t-il commis pour être destitué ? Détournement d’argent public ? Corruption ? Trafic d’influence ? Non rien de tel. Le président avait fait installer sur le fronton du bâtiment de la Generalitat une banderole de soutien aux prisonniers politiques catalans. Depuis le référendum d’octobre 2017 sur l’indépendance de la Catalogne, plusieurs leaders politiques et associatifs catalans sont en prison pour l’organisation de ce référendum d’autodétermination. C’est un recul très net de la démocratie en Espagne qui se confirme avec la destitution de Quim Torra. L’Union démocratique bretonne apporte son soutien au président de la Catalogne et au peuple catalan et salue sa manière pacifique de répondre à cette crise inédite.

Que fait la France ? Alors que Monsieur Emmanuel Macron fait de l’ingérence au Liban on ne l’entend pas sur ce qui se passe de l’autre côté des Pyrénées. Même chose de la part du ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian. Pourtant il y a de quoi s’inquiéter. Imaginerait-on voir le président de la région Occitanie destitué parce que la région a voté un vœu de soutien aux prisonniers politiques catalans ? Absolument pas. Et pourtant c’est bien quelque chose de similaire qui se passe en Espagne. Une fois encore la France et l’Europe brillent par leur absence…

Pierre-Emmanuel Marais, porte-parole de l’UDB

 

watchxxx.top pornovideo8.com seexxxnow.net