La fédération UDB de Loire-Atlantique se réjouit tout d’abord du vote unanime de la majorité de gauche au conseil municipal de Nantes le vendredi 5 février 2021. La majorité municipale, rassemblée autour de Johanna Rolland, a approuvé le choix d’un référendum sur la réunification de la Loire-Atlantique à la région Bretagne, conformément au programme proposé aux Nantais.

L’UDB s’étonne que les élus d’opposition, de droite comme de la République en marche, n’aient pas pris part au vote comme si la démocratie locale et l’expression des citoyens n’avaient pas de valeur.

D’autre part, dans un communiqué en réaction à ce événement, Madame Morançais, présidente de la région des Pays-de-la-Loire, affirme aujourd’hui que « la culture bretonne fait partie de l’identité de notre région ». L’UDB s’interroge pour ce soudain intérêt pour les identités locales de la région des Pays-de-la-Loire.

Si c’était sincère pourquoi n’a-t-elle pas, depuis 2014, signé de convention entre les Pays-de-la-Loire et l’État pour le développement des langues bretonnes ? Si c’était sincère pourquoi les aides aux associations bretonnes en Loire-Atlantique ont-elles baissé ? Et si « ce qui nous rassemble est […] un avenir plein de promesses », quelles sont ces promesses ?

Après le vote des habitants de Loire-Atlantique sur la réunification de la Bretagne, s’il est positif, il faudra que les citoyens de Vendée et de Maine-Anjou se déterminent sur leur avenir dans le cadre d’une réorganisation des régions françaises.

D’ores et déjà, l’UDB espère que, suite à la venue d’Emmanuel Macron à Nantes, le gouvernement de Jean Castex entendra la demande démocratique légitime des habitants de Loire-Atlantique et mettra rapidement en œuvre une consultation de sa population.

Tanguy Kermorgant, responsable fédéral UDB Loire-Atlantique





Nous contacter

07 87 36 41 66

watchxxx.top pornovideo8.com seexxxnow.net