Communiqué de R&PS – Indemnité inflation : Un pansement sur une jambe de bois

Partager sur facebook
Partagez
Partager sur twitter
Tweetez
Partager sur email
Envoyez

Face à l’accélération de la hausse du coût de la vie (+2,2% depuis septembre 2020) et à la flambée des prix du carburant en particulier (+30% en un an), le premier ministre Jean Castex a annoncé la création d’une « indemnité inflation » de 100€ qui sera versée à toutes les personnes qui gagnent moins de 2000€ net par mois.

 Ce coup de pouce, décidé certainement par crainte de voir ressurgir les Gilets Jaunes, est une solution conjoncturelle. Elle est certes appréciable pour ceux qui en bénéficieront mais elle a pour limite d’agir sur les conséquences et non à la racine du problème. Car le fond du problème : c’est la dépense aux énergies fossiles et aux pays producteurs de pétroles.

 Par effet mécanique, l’envolée des cours du pétrole (17,02$ au lendemain du confinement planétaire en avril 2020 à 85$ aujourd’hui) a provoqué une hausse spectaculaire du prix des carburants. Cependant, le prix du baril est loin de son niveau historique où il frôlait les 140$ en juin 2008. La relance économique mondiale post-covid, les tensions internationales, la raréfaction des hydrocarbures ainsi que la hausse programmée de la taxe carbone sur les produits pétroliers (utile à la conversion écologique des transports) rendent inévitables l’explosion du prix de l’essence. Le prix du carburant est, par conséquent, condamné à devenir prohibitif.

 « L’indemnité inflation » est une subvention à la consommation de carburants. Si elle est une forme de réponse à l’urgence sociale, en l’absence d’annonce visant à la sortie de la dépendance aux énergies fossiles, le Gouvernement choisit la fuite en avant.

 Pour Régions et Peuples Solidaires, « fin du mois et du fin du monde » sont indissociables. Des mesures sociales et économiques ciblées devront être prises pour tenir compte des contraintes territoriales. La ruralité, la montagne et l’insularité sont en effet davantage affectées par le prix des carburants et la dépendance à la voiture individuelle que les zones urbaines. La relocation de l’économie et la souveraineté énergétique et alimentaire des territoires sont la condition à la sortie de la dépendance aux énergies fossiles. C’est l’ambition que devons avoir pour un monde juste et durable et qui manque cruellement à Emmanuel Macron et au Gouvernement.

 

Partager sur facebook
Partagez
Partager sur twitter
Tweetez
Partager sur email
Envoyez