Langue bretonne : sabotage à tous les étages…

Partager sur facebook
Partagez
Partager sur twitter
Tweetez
Partager sur email
Envoyez

En Macronie, on pourrait considérer qu’il s’agit du fameux « en même temps ». A l’UDB on appelle plutôt cela du double langage…

Quand Emmanuel Macron ou Jean Michel Blanquer viennent en Bretagne, ils déclarent leur flamme à la langue bretonne. « Les langues régionales ont un vrai rôle à jouer » déclarait le président Macron à Quimper en juin 2018. Et son ministre de l’Education nationale n’était pas en reste en affirmant sa « sympathie » pour la langue bretonne. Pourtant, ses services mettent en œuvre un minutieux sabotage de l’apprentissage du breton, de l’école au lycée.

Ainsi dans les Côtes d’Armor, l’arbre des quelques avancées (ouvertures à Paimpol et au Vieux-Marché), ne doit pas cacher la forêt des multiples obstacles placés sur le chemin des familles qui souhaitent pour leurs enfants un enseignement du et en breton.

Dans le public, les exemples sont nombreux, de Ploézal, où une institutrice doit se débrouiller avec 23 élèves et 8 niveaux, à Plouha, où la filière bilingue pourtant officiellement créée est déjà interrompue pour les enfants admis en sixième.

Quant à Diwan… Entre difficultés à récupérer le forfait scolaire et problèmes de dotations horaires, sans oublier les inquiétudes qui pèsent sur son modèle pédagogique, l’école associative en breton voit aussi son développement freiné…

Pour l’UDB, qui réaffirme son soutien à Diwan, Div Yezh et Divaskell, une politique sincère en faveur de la langue bretonne consisterait au contraire à favoriser le développement de l’offre d’enseignement en direction des familles, pour l’immersif comme pour l’enseignement à parité horaire. Il faut pour cela accélérer la formation des enseignants brittophones en lançant un vaste plan d’information et d’incitation. C’est la double condition pour le sauvetage de la langue bretonne… En attendant, il est bien sûr impératif de répondre à la demande exprimée par les familles.

Car on le sait, une langue qui n’est pas enseignée est une langue condamnée…

Fédération UDB du Trégor-Goëlo

Partager sur facebook
Partagez
Partager sur twitter
Tweetez
Partager sur email
Envoyez