Réactions aux propos de Johanna Rolland sur la réunification de la Bretagne

Partager sur facebook
Partagez
Partager sur twitter
Tweetez
Partager sur email
Envoyez

Suite aux propos de Johanna Rolland dans le média d’opinion « Le vent se lève », l’UDB 44 tient à rappeler que la position de cette dernière, défavorable à une réunification de la Bretagne, n’est en aucun cas une surprise, ni une nouveauté. Comme la maire de Nantes, l’UDB est attachée à la démocratie locale et demande l’organisation d’une consultation référendaire en Loire-Atlantique. Ainsi, chaque citoyen pourra enfin se prononcer et trancher de manière démocratique sur ce débat.

Nous le savons, une consultation populaire n’est jamais acquise d’avance, ni forcément suivie d’effet. On l’a bien vu lors du référendum de 2005 sur le traité constitutionnel européen et en 2016 lors de la consultation populaire organisée dans notre département concernant le projet de transfert de l’aéroport de Nantes-Atlantique.

Johanna Rolland a le mérite de la constance, mais aussi celui du respect de ses engagements en mettant en accord ses paroles et ses actes. On l’a vu tout au long de son précédent mandat, et notamment concernant son soutien à l’enseignement bilingue français-breton, ou à la valorisation de la culture bretonne.

Plus globalement, l’unité administrative de la Bretagne, c’est d’abord la victoire de la volonté populaire sur la technocratie. Le périmètre des régions administratives a été décidé depuis Paris, sans demander l’assentiment des populations. Il est nécessaire de répondre aux 105 000 électeurs et électrices de la Loire-Atlantique ayant signé une pétition en 2019 demandant un référendum sur la question. Le dernier sondage en août 2019 de TMO Régions donne encore et toujours une majorité en faveur de la réunification de la Bretagne.

Cette question répond à un enjeu démocratique. Il est urgent d’y répondre.

Fédération UDB de Loire-Atlantique

Partager sur facebook
Partagez
Partager sur twitter
Tweetez
Partager sur email
Envoyez