Discours de Morvan Dupont pour les 60 ans du CCBO

Discours de Morvan Dupont pour les 60 ans du CCBO

Partagez
Tweetez
Envoyez

Discours pour les 60 ans du Centre Culturel Breton d’Orvault
13/01/2024

Aotrou prezidant CCBO, Aotrou Maer, tud a-youl vat kaer, mignoned karet,

Tri-ugent vloaz e tlefe bezañ oad ar frankiz! Oad ur retred kaer!

Soixante ans ça devrait être l’âge de la liberté ! l’âge d’une belle retraite !

Siwazh deoc’h, ret e vo gortoz seizh vloaz ha tri-ugent hiviziken. Seizh vloaz a-raok ar frankiz c’hoazh, Louis karet!

Hélas vous le savez, il va falloir attendre soixante-sept ans dorénavant. Encore sept ans avant la liberté mon chers Louis !

J’en ai parlé au dernier Conseil municipal, les festou noz sont un trésor pour la société bretonne :

  • C’est une célébration vivante de la culture qui met en valeur la musique traditionnelle, la danse et la langue bretonne. Je vous rassure je ne me lancerais pas dans un kan ha diskan !

  • C’est une atmosphère conviviale et festive. Les festou-noz rassemblent des gens de tous âges et de tous horizons. Cet aspect intergénérationnel est un profond moteur de cohésion sociale dont on a tant besoin aujourd’hui.

  • C’est une véritable expérience partagée. Ils permettent aux gens de danser ensemble. Cela crée un fort sentiment de connexion. Ces danses sont très inclusives et non genrées ! Combien de couples se sont formés à l’occasion d’un fest-noz ?

Nos Festou-noz ne sont pas pour rien dans la popularité des bals folk ailleurs en France. Les gens cherchent des expériences authentiques et participatives, et les danses folkloriques offrent une manière festive de s’engager dans la culture populaire.

Les bretons n’ont jamais cessé à travers les âges de s’accrocher à leur singularité. L’histoire bretonne, qui soit dit en passant n’est toujours pas enseignée, remonte à l’âge de fer. Nous n’avons bien sûr plus grand-chose à voir avec les peuples Celtes, mais les transmissions n’ont jamais cessé. Chaque époque a nourrit la suivante. De la domination romaine, aux invasions barbares, de l’indépendance du pays aux révoltes sociales et aux luttes écologiques bretonnes, la Bretagne a toujours su conserver ses particularités.

Aujourd’hui, nos traditions continuent à faire vivre cet héritage. Il en va de même de la langue bretonne qui a su se moderniser, évoluer, s’étendre et résister. Je ne parle même pas du drapeau, le gwen ha du, qui flotte littéralement partout dans le monde.

Pour terminer j’aimerais continuer le parallèle sur la biodiversité évoquée par Monsieur le Maire, j’aimerais tracer le parallèle avec le réchauffement climatique car la transition écologique c’est maintenant !

La présidente du GIEC régionale que nous avons invité pour les vœux 2024 ce mercredi nous disait, pour positiver, son excitation et son enthousiasme à vivre les toutes prochaines années – pas les décennies mais vraiment les années à venir – car ce sont des années charnières dans les actions que nous avons à entreprendre, à explorer, à inventer, à généraliser, pour garder notre planète vivable pour l’espèce humaine. La Bretagne ne sera en aucun cas épargnée !

Et nous devons faire de même pour le breton dans les toutes prochaines années. Nous devons vraiment accélérer.

A Orvault le travail avait été initié par le camarade Jean-Louis Jossic sous le mandat de Maurice Poujade de 77 à 83 et aujourd’hui je suis très fier d’appartenir à une majorité qui reprend ce travail qui avait été laissé en plan, en jachère si je veux être sympa pendant les décennies suivantes.

Dans la métropole, les élus écologistes et autonomistes accélèrent nettement ces dernières années. La pétition de 105 000 signatures en 2018 pour un referendum sur la réunification de la Loire-Atlantique à la région Bretagne a beaucoup aidé. C’est unique ! c’est 10% du corps électoral ! D’ailleurs, je suis sûr que certains d’entre vous sont aller à la pêche aux signatures à l’époque.

Selon moi et beaucoup d’autres, il est évident que tout est lié. Que les traditions, la culture, la langue et l’avenir doivent marcher AVEC une autre organisation territoriale. Cohérence culturelle et historique, proximité des pouvoirs et des décisions, développement économique, homogénéité des enjeux environnementaux … Ce sont ces opportunités que nous devons obtenir dans les prochaines années.

Quoiqu’il en soit, Orvault prend largement sa part et je veux souligner l’engagement de Monsieur le Maire, son volontarisme et sa constance pour la langue et la culture. Je n’oublie pas bien sur l’adjointe à la culture Armelle Chabirand et l’adjoint à l’éducation Yann Guillon.

Deiz-ha-bloaz laouen er CCBO ha laouen ha bras e vo ar gouel!

Bon anniversaire au CCBO et que la fête soit grande et belle !

Merci de votre attention et je repasse la parole à Monsieur le Maire pour une petite surprise.

Morvan Dupont
Conseiller Municipal UDB

Partagez
Tweetez
Envoyez