Intervention sur la Charte Ya d’Ar Brezhoneg Bilingue

Intervention sur la Charte Ya d’Ar Brezhoneg Bilingue

Partagez
Tweetez
Envoyez

Intervention lors du Conseil Municipal de Nantes
Le 08/12/2023

Mme la Maire, cher·es collègues,

Divyezhek vo ma frezegenn, e brezhoneg hag e galleg.

Mon intervention sera bilingue, en breton puis en français.

Ur c’hwec’h mil yezh bennak zo er bed hiziv-an-deiz. Ma ne reomp netra e varvo an hanter anezho a-raok fin ar c’hantved hervez an Unesco. Kollet a rafe an denelezh pinvidigezhioù sevenadurel hag ul lodenn vras deus gouiziegezhioù dastumet a-hed ar c’hantvedoù.

Il existe aujourd’hui quelques 6 000 langues parlées dans le monde. Si rien n’est fait, l’Unesco estime que la moitié disparaîtra d’ici la fin du siècle. L’humanité y perdrait non seulement une richesse culturelle, mais aussi une part importante des connaissances accumulées depuis des siècles.

Kemer perzh el live 2 eus ar garta Ya d’ar brezhoneg a dalvez kemer perzh en ur politikerezh yezh gwareziñ, treuzkas ha talvoudekaat ar yezh keltiek diwezhañ komzet war an douar bras, a zo kemer perzh er striv hollvedel difenn liesseurted ar sevenadurioù evel ur mad boutin d’an denelezh a-bezh.

S’engager dans le niveau 2 de la charte oui au breton, c’est participer à une politique linguistique de protection, de transmission et de valorisation de la seule langue celtique parlée sur le continent européen, et participer d’un effort universel pour la défense de la diversité culturelle comme bien commun de l’humanité.

Kemer perzh el live 2 eus ar garta Ya d’ar brezhoneg a dalvez kadarnaat plas ar brezhoneg en identelezh Naoned, degas da soñj eo bet komzet brezhoneg e Naoned bepred, en un doare bihanniver peurliesañ, na weler ket nemeur, met gwelet mat eo abaoe kantvedoù.

S’engager dans le niveau 2 de la charte oui au breton, c’est réaffirmer la place de la langue bretonne dans l’identité de Nantes, c’est rappeler que la langue bretonne a toujours été parlé à Nantes, de façon souvent minoritaire, peu visible, mais bien présente depuis des siècles.

Diskouez a ra an istor hag al lec’hanvadurezh e oa ingal an traoù. Betek an 12vet kantved e veze rouaned ha duged Breizh, a oa o chom e Naoned, eus Nevenoe da Alan-Fergent, o komz brezhoneg. E 1886 e oa 10 000 brezhoneger diwar 127 000 annezad, dreist-holl e karter Chantenay. Hiziv an deiz ez eus war-dro 3000 brezhoneger e Ofis publik ar brezhoneg.

L’histoire et la toponymie témoignent de cette présence constante. Jusqu’au 12ème siècle, les premiers rois et ducs de Bretagne, installés à Nantes, de Nominoe à Alain-Fergent, parlaient breton. En 1886, il y avait 10 000 bretonnants sur 127 000 habitants, principalement dans le quartier de Chantenay. Aujourd’hui l’Office public de la langue bretonne recense environ 3000 bretonnants.

Dre m’eo bev c’hoazh hor yezh eo splann eo Breizh ouzhpenn ur dra velestradurel. Tiriad ur bobl eo, n’eus nemet da sellout ouzh an deskadurezh vrezhonek e Naoned hag e Liger-Atlantel.

Au-delà de Nantes, l’existence de cette langue rappelle que l’histoire n’a pas été effacée : la Bretagne n’est pas seulement une entité administrative, elle est d’abord l’espace vécu d’une communauté humaine, une communauté riche de ses langues. La vitalité de la culture et de l’enseignement du breton à Nantes et en Loire-Atlantique en témoigne.

Lakaat ar brezhoneg da vezañ anavezet e-kichen ar galleg a ziskouez omp digor d’ar yezhoù a genvev e Naoned rak un gêr divyezhek ne c’hall ket nac’hañ liesseurted ha gwirioù ar sevenadurioù all.

Reconnaître la langue bretonne aux côtés du français, c’est aussi tendre la main à toutes les langues qui coexistent à Nantes, car une ville qui s’assume bilingue ne peut être indifférente à la diversité et au droit à la reconnaissance pour les autres cultures.

‘Benn ar fin, mont e-barzh live 2 ar garta Ya d’ar brezhoneg eo, ken eeun ha tra, kenderc’hel da sevel ur gevredigezh digor d’an holl e-lec’h m’eo al liesseurted un dalvoudegezh kreiz.

Finalement, s’engager dans le niveau 2 de la charte oui au breton, c’est simplement, continuer à bâtir une société inclusive où la diversité est une valeur centrale.

Pierre-Emmanuel Marais-Jegat
Groupe UDB Ville de Nantes

Partagez
Tweetez
Envoyez