Intervention sur la végétalisation du square des Lauriers à Nantes

Intervention sur la végétalisation du square des Lauriers à Nantes

Partagez
Tweetez
Envoyez

Intervention lors du Conseil Municipal de Nantes
Le 05/04/2024

Madame la Maire, chèr·es collègues,

Avec plus de 350 M€ investis, le projet global du Grand Bellevue vise à améliorer le quotidien des habitantes et habitants. Alors que la place Mendès-France poursuit sa mue, le secteur des Lauriers évolue lui aussi avec ce projet de nouveau Jardin des Lauriers. Cet espace vert de 3 000m² – intégré à la trame verte de Bellevue – sera un nouveau lieu de convivialité, pour se ressourcer, s’amuser ou se rafraîchir. 

Ce projet répond à cinq enjeux absolument fondamentaux : 

  1. L’enjeu démocratique, tout d’abord : 
    1. Ce jardin a été travaillé en concertation avec les habitants, les associations et les acteurs du quartier, pour qu’il soit à la fois esthétique, fonctionnel et qu’il réponde aux besoins de toute la population.
  2. L’enjeu de la nature en ville, ensuite : 
    1. Vous le savez, la crise climatique entraîne une hausse de la température mondiale : les vagues de chaleur deviennent plus fréquentes ; les personnes les plus vulnérables, telles que les personnes âgées et les nourrissons, sont les plus durement touchées.
    2. Pour lutter contre l’effet d’«îlot de chaleur urbain», un petit bois assez dense avec différentes hauteurs constituera un îlot d’ombre et de fraîcheur, pour se protéger aussi du vent avec un « boisement d’avenir ».
    3. Pour rappel, un arbre équivaut à cinq climatiseurs allumés pendant vingt heures, selon Jérôme Champres (expert écologie urbaine, Cerema).
  3. L’enjeu de la convivialité, également : 
    1. Le cœur du site sera un espace libre de pause et de rencontre sur une pelouse arborée, avec du mobilier urbain permettant de se poser.
    2. Des seuils pavés seront aussi aménagés pour permettre la tenue d’activités associatives.
  4. L’enjeu de l’équité sociale, aussi : 
    1. Une étude internationale montre que la disposition des immeubles conditionne la température nocturne des villes. Les quartiers dont les rues sont en grille emmagasinent plus de chaleur que les tissus urbains dits « désordonnés ». Nos quartiers populaires issus de la reconstruction des années 60 sont donc fragiles.
    2. C’est pourquoi nous favorisons la nature en ville, avec des espaces verts de qualité dans les quartiers prioritaires, au même titre qu’en centre-ville.
    3. Et les espaces verts qui se déploient dans ces quartiers sont nombreux ; je pense notamment au cordon boisé entre le parc du Croissant et le parc de la Bottière-Chénaie, mais aussi à la ferme urbaine qui verra le jour d’ici 2025 dans le parc des Dervallières, ou encore au parc de l’Amande qui sera prochainement réaménagé sur Nantes Nord.
  5. L’enjeu de la lutte contre la sédentarité, enfin : 
    1. L’assignation à résidence est l’une des conséquences néfastes de notre société inégalitaire, où la pauvreté annihile les aspirations de millions de personnes. Le droit à la mobilité et la réappropriation par toutes et tous de l’espace public sont des marqueurs forts de nos politiques.
    2. Le jardin proposera ainsi différents usages, avec comme fil rouge la pratique de l’art du déplacement (forme de « parkour ») avec du mobilier urbain détournable pour encourager la pratique sportive libre.
    3. A côté de ces espaces ludiques et sportifs seront aménagés des brumisations, pour se rafraîchir l’été.

Ces grandes orientations nous permettront d’aménager un jardin qui profitera à toutes et tous, de lutter contre l’artificialisation des sols et de créer des îlots de fraîcheur. L’émancipation et le bien être de chaque personne passent aussi par des espaces publics accessibles, fédérateurs et renaturés, tels que proposés ici aux Lauriers.

Aurélien Boulé Fournier
Groupe UDB Ville de Nantes

Partagez
Tweetez
Envoyez