Intervention sur les nouvelles solidarités à Nantes

Intervention sur les nouvelles solidarités à Nantes

Partagez
Tweetez
Envoyez

Intervention lors du Conseil Municipal de Nantes, dans le cadre de la communication thématique sur les nouvelles solidarités.
Le 30/06/2023

Mme la Maire, cher·es collègues,

Je souhaiterais tout d’abord faire un focus socio-professionnel succinct, en se basant sur les chiffres de l’INSEE, les derniers, en date de 2020. 

Notre ville, on le sait, affiche des résultats encourageants sur le chômage : 

  • Depuis 2009, le taux d’actifs ayant un emploi a augmenté de 2 points
  • Le nombre d’emplois dans la zone a grimpé, lui, de 40.000 environ

Toutefois, la vigilance est de mise : 

  • Plus de 30% des 15-64 ans au chômage ne possèdent aucun diplôme
  • 28% des femmes salariées sont en temps partiel (contre 11,6% des hommes)
  • 17% des habitant·es vivent sous le seuil de pauvreté
  • Le taux de pauvreté le plus important est chez les moins de 30 ans, à plus de 20%.

Nous le voyons donc, beaucoup de défis se dressent encore face à nous, pour garantir une meilleure justice sociale. Ces chiffres, ainsi que les débats des ‘Assises des nouvelles solidarités,’ nous l’ont montré : les seniors, les jeunes, les familles monoparentales, les personnes en situation de handicap, sans-abris ou migrantes ou encore les travailleurs pauvres sont particulièrement touché·es.

Alors, oui, notre ville prend ses responsabilités. Une enveloppe supplémentaire de 2,35 M€ est fléchée vers les solidarités, et nous allons déployer une centaine d’actions pour répondre à la situation sociale actuelle. 7 engagements municipaux articulent cette dynamique. En complément de mes collègues, j’en citerai un, en particulier, la lutte contre l’isolement social : 

  • Le sentiment de solitude reste élevé, avec 11 millions de personnes touchées en France, soit 20 % de la population de plus de 15 ans. 
  • Comme le détaille l’étude “Solitudes 2022” de la Fondation de France, la solitude s’exprime davantage chez les jeunes adultes, dans les catégories aux revenus intermédiaires et dans des zones où la densité de population et la promiscuité sont plus importantes. 
  • Le chômage est aussi un facteur aggravant, les chômeurs souffrant deux fois plus d’isolement relationnel que les actifs en poste.

Voilà pourquoi, notamment notre majorité tente de favoriser autant que possible le vivre-ensemble et l’entraide de proximité. Je pense entre autre à l’épicerie sociale « Les 1000 fleurs du colibri » à Doulon-Bottière

Nous accompagnons les seniors dans leur autonomie, en particulier pour faciliter leur mobilités, via une plateforme dédiée.

  • D’ici fin 2025-2026, les personnes qui le voudront pourront être mises en relation avec des seniors isolés pour les aider dans leurs déplacements du quotidien.

Nous élargissons les aides facultatives du CCAS aux 18-25 ans, largement touchés par l’isolement et la précarité.

On le voit, les services publics constituent le patrimoine des personnes les plus défavorisées. Ils sont des leviers concrets pour l’égalité des chances, pour l’émancipation de chaque individu, quelle que soit son origine sociale. Ils sont la garantie d’une prise en charge juste et universelle. 

À l’UDB, la société que nous voulons est accompagnante : elle invente, produit, organise, propose les modalités d’accès aux services et aux biens communs. Cette société doit être pensée, non « pour », ou « en faveur » des oubliés de la concurrence néolibérale, mais à partir d’eux et avec eux. Notre ambition est de briser la hiérarchie des univers sociaux pour inventer une cause commune, une maison commune, un destin commun.

Cela ne se fera pas sans innovation sociale, sans invention de voies inédites pour que les plus fragiles s’amarrent à une communauté d’appartenance et aient accès à leur autonomie.

Je vous remercie.

Aurélien Boulé Fournier
Groupe UDB Ville de Nantes

Partagez
Tweetez
Envoyez