Communiqué : La décision du Conseil départemental des Côtes d’Armor de fermer le collège de Corlay n’est pas acceptable, ni sur le fond, ni sur la forme.

Partagez
Tweetez
Envoyez

La décision de fermer le collège de Corlay, prise par la majorité départementale des Côtes d’Armor, sans concertation préalable des populations, ne passe pas. Elle a surpris et heurté jusqu’aux partis membres de la coalition de gauche qui dirige le Conseil départemental des Côtes d’Armor, coalition à laquelle l’UDB n’est pas associée.

La question du maintien des équipements en zone rurale est difficile, surtout lorsque la démographie est défavorable. Mais fermer les écoles, comme on ferme des maternités, n’est-ce pas aggraver le mal en condamnant le développement futur du territoire?

Plutôt qu’un ajustement passif aux déséquilibres territoriaux, la Bretagne a besoin d’un vaste effort de réinvestissement dans les territoires du Centre-Bretagne aujourd’hui marqués par le déclin démographique ou le vieillissement. Mais ce n’est une fatalité. A l’heure où une partie de la population s’installe ou forme le projet de s’installer dans les territoires ruraux, y fermer des services publics est un non-sens et une faute politique.

Pour l’UDB les différents combats pour les services publics et la solidarité se tiennent tous: contre la fermeture du collège de Corlay, contre la fermeture de la maternité de Guingamp, pour la réouverture de lignes de train en Bretagne intérieure, pour l’accès au logement pour toutes et tous et partout.

 

Tifenn Siret porte-parole de l’Union Démocratique Bretonne

Partagez
Tweetez
Envoyez