Usine Safran : Mettre fin de la politique d’attractivité de la métropole de Rennes, pour une politique économique au bénéfice des rennaises et des rennais

Partagez
Tweetez
Envoyez

Suite à l’annonce par Rennes Métropole de l’implantation d’une usine Safran sur le site de la Janais, la fédération d’Ille-et-Vilaine de l’Union démocratique bretonne s’inquiète de ce que révèle cette affaire.

L’implantation d’une usine d’un grand groupe international, où seront fabriqués des éléments de moteurs d’avions, alors que la requalification de la friche industrielle de la Janais devait être notamment dédiée à l’implantation d’industries liées à la mobilité décarbonée, traduit la poursuite du modèle de développement économique par l’attractivité que l’UDB, par la voix de ses élu·es municipaux·ales et métropolitain·es, n’a cessé de dénoncer depuis près de vingt ans. Ces dernières années, nous espérions pourtant que, sous l’impulsion des élu·es écologistes et de l’UDB, les choses auraient évolué.

L’UDB rappelle qu’il existe des liens entre cette politique d’attractivité et différents problèmes rencontrés par le territoire rennais comme la congestion automobile, la tension immobilière, la course à la densification de la ville-centre et de sa périphérie, la gentrification… L’attractivité consiste en effet à attirer des entreprises à forte valeur ajoutée qui déplaceront avec elles les ressources humaines nécessaires à leur fonctionnement, du fait notamment d’une inadéquation entre leurs besoins et les qualifications des demandeur·euses d’emploi résidant déjà sur le territoire et pour lesquel·les le recrutement en fonction de leurs qualifications devrait constituer une priorité absolue.

Le chômage continuant de toucher fortement les quartiers prioritaires de la politique de la ville, la fédération d’Ille-et-Vilaine de l’UDB demande à Rennes Métropole de réorienter sa politique de développement économique vers l’implantation d’entreprises qui recrutent en priorité les demandeur·ses d’emploi du territoire dans le cadre de la requalification des friches industrielles. L’implantation ex nihilo de grandes entreprises à forte valeur ajoutée doit quant à elle être prioritairement dirigée vers les parties du territoire breton qui souffrent de la mono-activité industrielle à faible valeur ajoutée et pour lesquels il est indispensable de diversifier le tissu productif et d’offrir des dé bouchés d’emploi aux personnes à haut niveau de qualification, actuellement contraintes à la mobilité pour trouver un travail à hauteur de leurs attentes et besoins.

Partagez
Tweetez
Envoyez