Lakaat ar PAC da vezañ renet gant ar Rannvroioù evit gellout bouetañ broioù ha tiriadoù Europa hag en em sachañ eus enkadenn al labour-douar Régionaliser la PAC et assurer l’autonomie alimentaire de l’Europe ainsi que des territoires pour sortir de la crise agricole

Partagez
Tweetez
Envoyez

Kemmennadenn d’ar gazetennerien graet gant Lydie Massard evit Rannvro ha Pobloù Kengred (R&PK) 

anifestadegoù al labourerien-douar o deus displeget splann e oa an enkadenn o vont war washaat, ha kement tu politikel da lavaret e soñj war se. Aes eo avat lakaat tout ar bec’h war gein Europa e seurt degouezhioù, pezh a zegas kounnar ha dizemglev etre an dud.  Evit ar re na gredont ket en Europa ez eo un digarez brav da sonnaat o mennozhioù, e-keit m’emañ ar gouarnamant o nac’hañ ober e zever.

Ret eo degas da soñj e oa bet votet ar PAC gant tu ar gouarnamant koulz ha gant an tu dehou hag an tu dehou pellañ. Nevez zo ez eus bet kadarnaet gant strollad ar Presidant emglevioù kenwerzh frank gant Zeland Nevez. Ouzhpenn-se e oa bet anzavet e fin miz Genver gant kenemsav an tu dehou pellañ ha Renew digeriñ an hent d’an OGM nevez, an NTG, evit ma c’hello embregerezhioù liesvroad kreñvaat o dalc’h war an agrobouederez, diwar-goust an ekonomiezh lec’hel, ar beizanted hag ar peizantezed.

O welet an daolenn mantrus-se, e fell da Rannvroioù ha Pobloù Kengred lakaat war-wel sklaer ar c’hrafoù-mañ evit treuzfeurmiñ diouzhtu politikerezh labour-douar Europa :

  • Anavezout oberourien  al labour-douar ha broudañ an emrenerezh bouedel : ret eo d’ar PBLD paouez da reiñ arc’hant hervez ment an atantoù hag ar tropelladoù chatal, ha sikour kentoc’h ar beizanted evel labourerien. Rekis eo embann ne c’hell otonomiezh bouedel Unvaniezh Europa hag he ziriadoù bezañ tizhet nemet dre mont war gounidoù liesseurt ha krouiñ atantoù e-leizh. Padal, ar pezh a ra ar PAC bremañ eo kentoc’h aesaat kresk an atantoù a zo anezho dija ha kenderc’hel gant ur patrom hag a ya en tu enep d’al liesseurtaat, a zo un dra rekis. N’eo ket souezh neuze ez afe div drederenn eus an daouaroù da vrasaat an atantoù kozh ha n’eo ket krouiñ antantoù nezez, pezh a zo ur redi groñs.
  • Rannvroelaat poellek diouzh stad an traoù er rannvroioù : goulenn a ra Rannvroioù ha Pobloù Kengred e vefe rannvroelet eil lodenn ar PBLD, o kemer e kont an dibar ma’z eo stad an traoù er rannvroioù lies a Vro c’hall. Pa vez prenañ douaroù ar penngudenn e Provañs ez eo e Breizh an dreistproduiñ, hag evit Korsiz rankout emporzhiañ ar braz eus o boued. Lakaat an holl zivizoù etre daouarn ministrerezh al labour-douar a zo ur gwall gudenn ; poent eo reiñ d’ar rannvroioù ar gallloud da lakaat o strategiezhoù da glotañ gant o ezhommoù.
  • Chom mestr war hon boued : abalamour ma n’heller ket kontañ ar boued evel forzh peseurt marc’hadourezh all e ranker diwall ouzh an emglevioù kenwerzh diharz. Un danvez dezhañ e-unan eo, ma oa bet stummet gantañ hor rannvroioù, hon ardremez, hon istor hag hon dibarded. Goulenn a ra ar C’hevredad e vefe lakaet ar boued er-maez eus an emglevioù etrebroadel emaint o skoulmañ er mareoù-mañ, en ur lakaat sinañ melladoù par-ouzh-par redius evit ma klotfe dre ret ar produioù emporzhet diouzh normoù endro ha sokial Unaniezh Europa. Da c’hortoz ar redioù diazez-se e rankimp paouez gant ar marc’hata gant Chili hag ar Mercosur.

Re ziboell ha berrsell eo lavaret e vefe ret digreskiñ galloud Europa. Gant 9 miliard a euroioù resevet ganti ez eo Bro C’hall brasañ gounideg ar PAC. Cheñch a ranko koulskoude hon politikerezh labour-douar evit mont war un hent padusoc’h, en ur lakaat ar pouez war an dud hag an tiriadoù evit gwareziñ hon emrenerezh e-keñver boued. Europa a ranko mont dreist he sell ekonomikel ha mont pelloc’h evit gwareziñ ur gopr dereat d’an holl, d’ar re a vag ac’hanomp da gentañ-tout.

Gervel a ra RPK evit ma vefe lakaet da dalvezout ar c’hemmoù pouezus-se evit dazont hon labour-douar hag evit magañ an holl dud.

Lydie Massard, ken mouezh aotreet Rannvroioù ha Pobloù Kengred

—————————–

Communiqué de Presse de Lydie Massard pour Région et Peuples solidaires R&PS

Les récentes manifestations des agriculteurs ont jeté une lumière crue sur une crise qui ne cesse de s’aggraver, déclenchant des réactions politiques de tous horizons. Dans ce contexte, l’Europe devient malheureusement la cible facile de critiques généralisées, exacerbant les tensions au sein de la société. Les eurosceptiques voient dans cette situation une opportunité pour consolider leurs positions, tandis que le gouvernement cherche à se dégager de ses responsabilités.

Il est impératif de rappeler que l’extrême droite, la droite traditionnelle et le parti de la majorité présidentielle ont tous voté cette Politique Agricole Commune (PAC). De manière récente, cette même majorité présidentielle a également avalisé des accords de libre-échange avec la Nouvelle-Zélande. De surcroît, pas plus tard que hier, une coalition allant de l’extrême droite à  Renew au parlement a approuvé l’utilisation libre des nouveaux OGM, les NTG, renforçant ainsi la mainmise des multinationales sur l’industrie agroalimentaire au détriment de l’économie locale, des paysans et paysannes.

Face à ce tableau alarmant, Régions et Peuples Solidaires souhaite souligner les points suivants en faveur d’une transformation immédiate de la politique agricole européenne :
  • Reconnaissance des Acteurs Agricoles et Promotion de l’Autonomie Alimentaire : La PAC doit cesser de rémunérer en fonction de la taille des exploitations et du bétail, privilégiant plutôt la valorisation des agriculteurs en tant qu’actifs. Il est impératif de souligner que l’autonomie alimentaire de l’Union Européenne et de ses territoires ne peut passer que par une conversion vers la poly agriculture et la création de nombreuses fermes. Or, la PAC actuelle favorise l’agrandissement des exploitations existantes, perpétuant ainsi un modèle peu compatible avec la diversification nécessaire. Ce n’est pas un hasard si aujourd’hui les 2 tiers des terres reviennent à l’agrandissement de fermes existantes plutôt qu’a la création de nouvelles fermes pourtant nécessaires.
  • Régionalisation Pertinente en Réponse à des Réalités Variées : Régions et Peuples Solidaires plaide pour une régionalisation du second pilier de la PAC, en prenant en compte les problématiques spécifiques de différentes régions françaises. Par exemple, en Provence, le défi majeur réside dans le foncier et l’achat de terres agricoles, tandis qu’en Bretagne, la surproduction par rapport à la population pose des enjeux particuliers et en Corse, l’importation de la plupart des produits agricoles soulève d’autres interrogations. La centralisation des décisions au ministère de l’agriculture a montré ses limites, il est temps de conférer aux régions la compétence d’ajuster leurs stratégies en fonction de leurs besoins.
  • Protection de notre Souveraineté Alimentaire : Les accords de libre-échange doivent être abordés avec prudence, car la nourriture ne peut être considérée comme une simple marchandise. Elle n’est pas un bien ordinaire, mais répond un besoin vital qui a façonné nos régions, notre paysage, notre histoire et nos spécificités. La Fédération demande l’introduction d’une exception alimentaire dans les accords en cours et plaide en faveur de clauses miroir contraignantes imposant des normes environnementales et sociales équivalentes à celle de l’Union Européenne pour les produits importés. En attendant ces prérequis minimum les négociations avec le Chili et Mercosur doivent être stoppées.

Affirmer que nous avons besoin de moins d’Europe est une simplification réductrice. La France, en tant que première bénéficiaire de la PAC, reçoit 9 milliards d’euros. Cependant, la politique agricole européenne doit se métamorphoser en une approche plus durable, centrée sur les hommes, les femmes et les territoires, garantissant ainsi notre autonomie alimentaire. L’Union Européenne doit aller au-delà du prisme économique, elle doit franchir une nouvelle étape de sa construction pour garantir à chacun, en particulier aux agriculteurs et agricultrices qui nous nourrissent, un revenu décent.

Régions et Peuples Solidaires exhorte à ces changements significatifs pour assurer l’avenir de notre agriculture et de notre alimentation.

Lydie Massard, co-porte-parole de Régions et Peuples Solidaires

 

Partagez
Tweetez
Envoyez